AMASAUCE AU BHV MARAIS
19 décembre 2013
DEUX FOIS PLUS DE PIMENT (J’AI FAILLI CREVER.)
26 décembre 2013
Show all

Il était une fois, dans une lointaine contrée, un jeune et charmant chef pâtissier (celui du Prince de Galles, pour ne pas le nommer) qui me susurrait à l’oreille l’une de ses recettes préférées : celle de la confiture de lait.

Laissez-moi donc vous raconter la douce histoire de cette confiote enchantée (aussi appelée Dulce de Leche,) à s’enfiler volontiers en une seule bouchée – histoire de rompre avec le cliché que les vraies princesses ne peuvent avoir le fessier de Béyoncé.

confiote lait

Crédit photo : Prince de Galles Paris


A rassembler dans ta cuisine toute-équipée pour un bon gros bocal de pâte-à-tartiner lactée :

–       1,7 litres de lait entier
–       500g de sucre en poudre
–       2 gousses de vanille
–       7g de bicarbonate de soude
–       un mixeur

Dans une grande marmite de sorcière, laissez réduire le lait, les gousses de vanille et le sucre à feu doux comme les cheveux de Raiponce en remuant régulièrement avec un fouet.

Lorsque le lait a bien caramélisé (soit trois bons quarts d’heure après,) ajouter le bicarbonate de soude en pluie fine comme la taille de Jasmine tout en continuant à fouetter.

Veillez à éviter que la confiture de lait attache la marmite ensorcelée, en débarrassant rapidement dans un saladier avant de laisser tiédir dans un endroit frais comme le bout du nez d’Anastasia.

Mixez, et tartinez-vous la tronche ou la baguette (pas magique, l’autre) de cette mixture envoûtée.

confiotelait2

De mon côté, Y.C m’en remplit un bon bocal qu’une fois retirée dans mon château hanté, je m’empressais de goûter. Je décidais alors de dépuceler ma confiture de lait en la fourrant dans quelques crêpes au beurre Bordier.

C’est simple : ma session chandeleur clandestine fût si divine que je m’endormis dans un sommeil profond. Alors si un prince voulait bien venir me délivrer, ça m’éviterait d’y passer le réveillon – surtout que j’ai ouï dire d’après une certaine Aurore que mon comas pouvait durer 100 années si un prétendant ne se bouge pas le fion.

conf lait crepe

Crédit photo : Julie Montel

2 Comments

  1. Svava dit :

    Une tuerie!! Ecrit avec humour, c’est encore mieux, merci pour ce moment gourmand et amusant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *