DEUX FOIS PLUS DE PIMENT (J’AI FAILLI CREVER.)

CONFIOTE DE LAIT PRINCIERE
22 décembre 2013
AMASAUCE LACHE SA GALETTE POST NOUVEL-AN
6 janvier 2014
Show all

33, rue Saint-Sébastien, 75011 Paris.
M° : Saint-Ambroise, Saint-Sébastien Froissart, Richard Lenoir.
Tel : 01 58 30 99 35.
Cuisine traditionnelle Sichuanaise.
Environ 15 euros / personne.

Soit – on ne peut point dire que le doux nom auquel répond ce traquenard de restaurant ne m’avait pas annoncé la couleur (rouge sang.) Sauf que ce que l’on s’était bien gardé de me préciser, c’est que j’aurais mieux fait d’y venir dîner avec des lunettes, voire avec des gants. Parce qu’ici, on ne déconne pas avec le piquant.

Grisant.

Bref. Dans un élan masochisme ambulant, me voici donc attablée chez «Deux Fois Plus de Piment», boui-boui le plus spicy de Paris, où chaque bouchée te fait goutter comme un bovin marathonien atteint d’obésité. Et en plus, ici, on t’envoie au bagne en toute ironie : «Chers clients, les piments peuvent causer du mal au ventre et de la diarrhée. A consommer avec modération. En vous souhaitant un bon appétit.»

Ouais ouais, merci.

Au diable le sarcasme, et c’est parti pour les nouilles épicées (3,50 euros) et les raviolis Sichuanais (3,90 euros.) Au premier abord, c’est goûtu à souhait – au second, c’est goûtu à suer. Sauf que j’avais oublié : les nouilles, ça glisse, par dessus le marché. Alors forcément, d’un coup de baguettes mal calculé, leur sauce a giclé – et n’a pas trouvé meilleur endroit que mon innocent globe oculaire pour venir se loger. Avec mes mains pimentées j’ai frotté. Je le regrette amèrement. J’ai beaucoup pleuré.

En plat (vous noterez ma kamikaze capacité de rebondissement,) j’opte pour le «bœuf au piment vinaigré» (8,90 euros;) la «mini fondue au poulet pimenté» (15,80 euros;) et le «poisson à la soupe piquante» (14,90 euros.) Le tout à arroser d’une Tsing Tao (3,20 euros.) Soit, c’est du piment à la soupe plus que de la soupe pimentée – mais j’ai quand même tout fini sans me faire prier, juste pour voir jusqu’où je pouvais aller, la goutte au front et au nez. A deux doigts de décéder.

Bref, je me suis plus marrée que régalée – mais au moins, j’ai pu réviser mon français : désormais, je sais parfaitement conjuguer le verbe allécher à la deuxième personne du pluriel, et à l’imparfait. (Non, je déconne, mon colon merveilleusement affûté a tout bien gardé.)

Appelez-moi Lara Crotte.

PS : Joyeux Noël !!!!!! Et un bon appétit bien-sûr.

SOUPE DE POISSON PIMENTEE

photo 1-13

RAVIOLIS SICHUANAIS

 POULET PIMENT SESAME

WARNING

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *