MACACOOKIES (MI COOKIES, MI MACARONS) VEGAN & SANS CUISSON

WTF : CES « ALICAMENTS » QUI RESSEMBLENT ÉTRANGEMENT AUX PARTIES DU CORPS QU’ILS APAISENT.
16 mars 2015
AMASAUCE X GULA : FAIRE DU GRIGNOTAGE UN MOMENT KIFFANT MAIS ÉQUILIBRÉ POUR 50 CENTIMES/JOUR.
24 mars 2015
Show all

MACACOOKIES (MI COOKIES, MI MACARONS) VEGAN & SANS CUISSON

Vous le savez, Amasauce aime bien chasser-croiser ses coquineries préférées : de mon brookie, je suis sûre que vous vous souvenez. Oui, mais Amasauce aime aussi rimer, et s’amuser à healthifier ses recettes adorées (et surtout sucrées.)

Du coup, elle s’est dit qu’il pourrait être golri d’inventer les macacookies : un mix hyper vicelard entre cookies zé macarons, et qui pluzé sans cuisson. Parce qu’Amasauce est parfois flemmarde, aussi – et qu’elle tient surtout à préserver les vertus, le naturel et l’intégrité des zaliments que Dame Nature à bien voulu lui donner. (Ben quoi, avoue que toi non plus, tu kifferais pas des masses si on te foutait tout cru dans un four à 200°C, en témoignent Magda et Roger.)

magda-something-about-mary

Magda (ceci dit, elle a plutôt l’air de kiffer.)

Roger (avance à 1m35 si t’es pressé.)

Merci de ne pas reproduire chez soi, parce que j’ai pas trop envie de recevoir une convocation pour incitation à la cramoisure du Ministère de la Santé – je demanderai donc à nos zamis pyromanes de bien vouloir nous quitter. (Même si je n’ai rien contre eux hein, j’eus moi-même jadis foutu le feu à des cintres en plastiques échoués dans une ruelle inhabitée de mon ex-nouveau quartier juste pour kiffer; même si je n’sais que trop peu si je suis censée en parler. Ben quoi, c’est très joli de regarder une flamme se développer, tout en en observant la palette colorée de bleus zé de jaune-orangés.)

Bref, une idée en amenant une autre, je n’ai pas pu m’arrêter.

Voici donc ce que vous devez réunir pour 8 macacookies (ou cookarons, ça marche aussi – le violet c’est joli) :

– Pour la ganache :

– 100g de noix de cajou (ou d’amandes, ou de noisettes, ou de noix de pécan – selon ce dont votre placard regorge et/ou de votre envie du moment)

– 1 cuillère à soupe de miel (parce que le miel ne périme JAMAIS, et c’est d’ailleurs le seul aliment)

– 1 cuillère à soupe d’huile de noix de coco (parce que c’est vachement bon, et qu’on peut aussi s’en foutre sur le corps et dans les cheveux tant il serait con de n’en faire qu’une seule utilisation)

– 1 cuillère à café d’eau (parce que le Ministère de la Santé dit qu’il faut en boire au moins 1,5 litres par jour, et que je serai ravie de contribuer à votre bonne hygiène de vie même par le biais d’une modique cuillère à café)

– Pour la pâtacookies :

– 100g de noix de cajou (j’arrête désormais de partager mes pensées)

– 100g d’amandes (… coucou héhé)

– 50g de poudre de cacao (léolé…mmm ahhhhhhhhh ooohhh j’peux pas m’en empêcher)

– une bonne poignée de figues séchées (là, ça ne compte pas : ou de dattes dénoyautées)

– 1 cuillère à soupe de sirop d’agave (ou de miel, vu que vous en avez déjà utilisé)

– 2 cuillères à soupe d’eau (parce que……. non, c’était juste pour rigoler.)

Procédurche :

1) Tu commences par faire la ganache. Oui, c’est un ordre : tu fous tes noix de cajou dans un blender et tu fais tourner, puis tu ajoutes le miel et l’huile de coco embaumée. Tu remixes, et tu verses l’eau jusqu’à obtenir une pâte crémeuse à souhait. Tu transvases dans un bol, et tu laisses reposer.

photo+2

Crédit photo : Marie Mallon

2) Tu t’attaques à la pâtacookies : tu balances les amandes, les noix de cajou et la poudre de cacao dans le même blender que t’as même pas besoin de laver. Tu mixes un bon coup, et t’ajoutes les figues (ou les dattes) et le sirop d’agave. Tu remixes, et comme il est 20h37 et que mon bide commence à gargouiller, j’ai un peu la flemme de continuer à rimer. (Si ça t’intéresse, j’ai envie de poulet.)

3) Une fois que tout est bien blendé, tu ajoutes l’eau et tu remixes jusqu’à obtenir une bouboule bien lisse et collante à souhait. Avec tes doigts (ou une cuillère à soupe si t’es précieux,) tu formes 16 boulettes de pâte que tu répartis dans un plat tapissé de papier sulfurisé, avant de les placer délicatement au congélo pendant 15 minutes bien comptées (il faut prendre soin de ses boules, c’est sacré.)

4) Avec tes doigts (ou avec un verre à pieds si tu fais chier) tu écrases tes 16 boulettes avant de chacune les napper de ganache (environ une cuillère à café – mais t’inquiète, elle se repartira sur toute la surface de la pâtacookies lorsque tu l’auras recouverte d’une seconde boulette écrasée.)

5) Tu fous un peu au frais avant de déguster (ou tu manges tout de suite si tu ne peux pas t’en empêcher.)

 Cette fois, je vous garantis que le Ministère de la Santé et moi-même vous incitons non seulement à reproduire cette recette chez vous, et que vous allez en plus nous remercier. (Sur ce, il est 21h32 et je vais me coucher après avoir éclaté un poulet entier – demain je me lève à 6 du pour aller représenter les pamplemousses de Floride au Klay.)

macacookies

Crédit photo : Marie Mallon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *