ANIMATION DU FOOD FESTIVAL DE L’OMNIVORE
20 mars 2013
LES DOUCEURS DE MSSIEU GAYET
25 mars 2013
Show all

68, rue Vasco de Gama, 75015 Paris.
M° : Lourmel, Charles Michels.
Tel : 01 48 56 82 49
De 12h30 à 14h15 et de 19h à 22h15 (23h le vendredi et le samedi)
Fermé le dimanche et le lundi.

Dans le genre bistronomique orgasmique carte-qui-file-la-trique (oh ! Sorry… en plus j’ai même pas de zizi), je dois dire que je n’avais pas été aussi pleinement épanouie par le rapport qualité/prix que depuis ma bien-aimée Régalade Saint-Honoré, dont je vous avais vanté les mérites il y a quelques mois lors d’une critique embaumée.

beurre-noisette-suggestion-du-chef-b365c

D’ailleurs, au Beurre-Noisette, c’est un peu la même histoire que chez Bruno Doucet : même décor néo-bistrotant aux tons boisés; même ambiance intimiste, conviviale et sans prétention; même cuisine française tradi revisitée avec caractère et délicatesse; et une ardoise ma foi fort alléchante qui change au gré des saisons (et des humeurs du chef, et de Zeus, et de mère Nature, et des abeilles.)

Ici, le roi des casseroles, c’est Thierry Blanqui : un véritable virtuose de la poche à douille aux origines auvergnates passé par les cuisines les plus huppées de la capitale, j’ai nommé le Ritz, Le Doyen et La Tour D’Argent. Du coup, c’est pas peu dire si son menu formule magique à 32 euros fait envie, entre le «pressé de pintade et foie gras à l’anguille fumée» en entrée; la «poitrine de cochon du Cantal caramélisée, gratin de macaronis» ou encore la «râble de lapin rôti à la moutarde et sa purée de pois-chiches» en plat; et j’en-passe-et-des-meilleures et j’en-goûte-et-des-saveurs.

Et quand sonnent les cloches du dessert, le «baba au rhum ambré, crème légère à la vanille» est une tuerie sans nom – si votre pauvre foie daigne encore tolérer quelques gouttes d’alcool supplémentaire après cette superbe bouteille de Bourgogne Pinot Noir 2008 (24 euros) de la maison.

Alors évidemment, avec une ardoise pareille, les tables ne désemplissent pas, et l’adresse est devenue l’une des plus emblématiques du 15e – ce qui n’empêche pas le service d’être toujours au taquet, souriant et de bon conseil.

Mais en vérité, le véritable nec-plus-ultra du Beurre-Noisette se cache au fond du restaurant : c’est cette jolie table d’hôtes bien nichée dans sa petite salle privée, où la cave à vin semble faire office de papier-peint et où l’on se verrait bien organiser notre prochain anniversaire, tiens. D’ailleurs, j’en embarquerai bien quelques-uns, de ces grands crus du papier-peint, si les serveurs voulaient bien passer leur chemin. Ainsi font font font, le pe-tit Beurre-Noisette… 🙂

beurre-noisette-suggestion-de-plat-74a99

Warmhearted cuisine with affordable prices in a refined and relaxed atmosphere : an essential adress made in Thierry Blanqui, who spent few years at the Ritz, Le Doyen and La Tour d’Argent ! 3-courses menu : 32 euros.

beurre-noisette-vue-de-la-salle-4d603

beurre-noisette-bienvenue-au-restaurant-le-beurre-noisette-c609a-1

1 Comment

  1. […] donc un extrait de ma toute première avec Bruce Toussaint, au Beurre-Noisette – et si vouvoulez lire la suite, zavez cas aller l’acheter chez votre marchandjourno […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *