« DANS L’ASSIETTE DE NOS GRANDS-MERES » – EPISODE #4 EN VIDEO
28 octobre 2014
POTTOKA // ENGLISH VERSION
3 novembre 2014
Show all

23, rue des Vinaigriers, 75010 Paris.
M° : Gare de l’Est, Jacques Bonsergent, Château d’Eau
Tel : 01 42 01 03 44
Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 20h.
Cuisine 100% bio // Formules repas entre 18,50 euros et 22,50 euros.
www.sol-semilla.fr

Dans la famille des adresses de détoxification du bobo parigot qui a trop forcé sur les mojitos, je vous demande le maestro : ça s’appelle Sol Semilla, et c’est ici que se réunissent ceux qui veulent purger leur foie (ou les végétaliens en quête d’inspiration soja, au choix.)

Manque de bol, je n’étais ni l’une ni l’autre ce jour-là : non seulement j’avais passé un sage samedi soir – mais en plus, je crevais la dalle à cause de ce changement d’heure à la noix. Lassée d’y claquer un fric fou en klamath et en urucum sans même m’y être attablée une seule fois, c’est cependant au temple des superaliments que ma toute conscience healthy me poussât : céréale killeuse, c’est moi.

photo 4-62

photo 2-134Comme on t’apporterait une miche de pain ailleurs, c’est à l’aguaymento et au cacao cru qu’on te fétiche chez Sol Semilla : ma pote croque la fève sans l’éplucher, je la regarde faire – et ça me fait marrer.

Après avoir siroté un chaï maison au maca et un jus détox à la poire, griffe du chat et acérola, on opte pour la formule «menu du jour» (22,50 euros avec assiette repas, boisson et dessert au choix) : ce jour-là, un mélange sarrasin/curcuma, pois-chiche/spiruline et pomme de terre/lucuma. Et en dessert,  une very good mousse coco/gingembre au lait de riz et à l’acérola.

photo 3-87

Autant vous dire que pendant que je me délecte, ma pauvre pote se bouffe les doigts : «c’est la dernière fois que tu m’emmènes manger des graines Margaux,» la malheureuse me susurra.

photo 1-134cache ta joie.

photo 1-136Oui, les cheveux du meussieu en bas à droite sont un peu gras.

Et là, et là… j’ai demandé un café à emporter. Sauf que je suis au royaume de la superfood, je l’avais oublié : la serveuse toute sourire me tendit donc une boulette de guarana (un genre de caféine naturelle ultra-puissant) à croquer.

photo 5-51

photo-618

Résultat : avec son guarana à la noix, j’ai passé l’aprèm en mode pile Duracell et la nuit à compter les moulures pour tenter de pioncer. L’avantage, c’est que pour la première fois, je me suis sentie légère comme une gazelle après avoir brunché.

En vous souhaitant un excellent Allowouine,

Bien cordialement,

Amasorcière.

PS 1 : le post d’aujourd’hui devait initialement être une recette de pâte à tartiner à base de citrouille spéciale Halloween, mais le goût étant super suspect, j’ai préféré m’abstenir. Peut-être l’année prochaine, qui sait.

PS 2 : Si vous n’avez rien capiche aux mots en italique de ce billet, c’est non seulement normal mais aussi un peu fait exprès : je me suis volontiers abstenue d’explications pour le moment car je vous prépare un dossier spécial sur ce merveilleux monde parallèle (et pourtant si peu exploré) qu’est celui des superaliments.

PS 3 : je m’en vais justement jouer à Fifa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *