PLAYTIME
10 octobre 2014
« A TABLE AVEC » & « PARLONS-EN » : LES CHRONIQUES D’AMASAUCE DANS LE MAGAZINE BISTROT
20 octobre 2014
Show all

Salut les kikis.

Il est 23h23 (Arte, c’est la nouit) et ça va comme un lundi : du fond de mon lit et avec une crève d’anthologie, ce fichu thermomètre affiche un sale 39 et demi. Dégoulinant sur ma table de nuit, mon nouveau meilleur pote est un pot de miel en forme de Winnie – tandis qu’en enchaînant les cuillères, je prie pour que ma voix de Dark Vador ne passe pas la nuit. Sexy.

Oui oui, j’aime bien jouer à vis ma vie quand je vous écris.

Bref, ce salopard de froid est bel et bien de retour à Paris – et le seul avantage que je lui trouve (hormis mon anniversaire, pardi,) c’est le retour des bons petits plats. Autre constat, et pas des moindres ma foi : quand je suis malade, je fais des rimes en «i». Chaipaspourkoi. 1,2,3.

J’ai faim. (Ça veut dire que je ne suis pas complètement morte, au moins – et en plus, cuisiner la nuit m’inspire au plus haut point.)

I.I.I, ça rime avec sushis. A.A.A, ça rime avec quinoa. Nom d’une carotte râpée, je viens d’avoir une idée.

photo 1-131Crédit photo : Sébastien Nime

Faute de poissecaille dans le frigo (et à cette heure-ci, malheureusement, tout est fermé sur Boulbi sauf mes chacras) c’est une version supra-light et vegan que je vous ai réalisé.

INGREDIENTS & MATOS REQUIQUIS POUR 12 MAKIS :
–       100g de quinoa cuit
–       1 cuillère à soupe de miel (à croire que j’ai pas eu ma dose dans mon lit)
–       1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
–       une poignée de flower de sel
–       2 grosses feuilles de Nori
–       un tapis volant à rouler les chouchis (chaipluscommentçasappelleenvrai – ou par défaut, une surface plane et un bon doigté)
–       le filling de votre choix : par défaut, de mon côté, ce fut feuille de chou, carottes râpées et pousses d’alfalfa. (Le pire, c’est que j’ai ensuite retrouvé dans le fin fond de mon fridge un avocat mature à souhait.)

1) Déjà, on commence par faire mariner notre quinoa cuit avec le miel, le sel et le vinaigre de riz. (Comme pour le riz à sushis mais avec du quinoa, vous l’aurez compris.)

2) Pour le roulage, il suffit de placer la feuille de Nori sur notre tapis volant sur son côté brillant – puis de la napper au ¾ de sa surface EN PARTANT DU BAS avec le quinoa, puis avec nos autres ingrédients en finissant par l’alfalfa.

Non, non, non, non, cette step n’est pas si compliquée que ça : il faut juste choper les extrémités et rouler délicatement de bas en haut en prenant soin de bieeeeeen serrer, et surtout, de choper tout le bordel qu’on a stuffé.

Petite astuce pour bien renfermer son rouleau de maki adoré : on fixe l’algue avec une goutte d’eau miellée que l’on étale au doigt.

Y a plus qu’à brandir notre couteau japonais et à couper !

photo 2-131

Crédit photo : Sébastien Nime

Qu’à cela ne tienne, cet avocat ne m’échappera pas :

photo-611Crédit photo : Sébastien Nime

1 Comment

  1. Veganista dit :

    S’il y a du miel, ce n’est pas végane 😉 Désolée de jouer la Vegan Police mais le miel n’est pas végétal vu qu’il est produit par les abeilles. A la limite, on peut envisager de le remplacer par du sirop d’agave ! Bref, hormis ça, rien à redire, ça a l’air sympa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *